Donnez votre avis !

Cliquez sur le titre de cet article pour rajouter vos commentaires en bas de la page.

Yann Muller : 100% artiste

Actuellement en exposition chez Boesner, les œuvres de Yann Muller, inspirées par le pop art, symbolisent "la liberté sous toutes ses formes d’expression".



Yann Muller, artiste peintre et graphiste designer a créé en 2003 son projet pictural d’art graphique dans un esprit pop art. Après sa collection "Cosmic" où le dripping (superposition de plusieurs couleurs) et le pouring (coulées de peinture) créaient des formes et des couleurs rappelant un monde imaginaire, « 100% M » mêle le graphisme (néo pop) à l’abstraction géométrique (op art). Grâce à sa parfaite finition, chaque toile, unique car peinte à la main, suggère le numérique ou la sérigraphie. Cette série d’œuvres connaît un réel succès. En effet, Yann Muller multiplie les expositions dans la région bordelaise. A Bordeaux chez Boesner (l’un des plus grands magasins de fournitures d’art de France), les amateurs de pop art peuvent admirer depuis le 22 décembre 2010 jusqu’au 8 janvier 2011 cette collection "100% M". A cette occasion, l'artiste leur propose même d’effectuer sur leur propre support (pochette de dessin, vêtements, …) un design unique mélangeant le dripping et le pochoir en utilisant comme modèle des estampes disponibles sur place.

Yann Muller intervient également dans d’autres projets graphiques. Ses talents artistiques se remarquent ainsi dans des secteurs tels que la mode, la musique, le vin, … Pour cela, il satisfait ses clients en créant, par exemple, une illustration graphique pour la couverture du catalogue de Boesner (voir ci-contre) ou encore en peignant des fresques murales. Il n’hésite pas aussi à participer à des concours organisés par de grandes marques (Hugo Boss, Salomon, Dr Martens, Desigual, Converse, …).

Enfin, Yann Muller a été au cœur de l’événement "Cow parade" qui a eu lieu à Bordeaux du 7 juin au 14 septembre 2010. Il a, en effet, fait partie des 58 artistes retenus sur les 200 candidats. Pour l’occasion, Il a peint deux vaches en jouant sur son style et son originalité.



L’une dédiée à la société Seg-Fayat a fait appel au mouvement op art alors qu’une autre toujours abstraite et rappelant le pop art a été destiné au Crédit Agricole.


A partir du 15 janvier 2011, l’artiste exposera dans sa ville de résidence, à Talence, au forum des arts et de la culture.

En attendant, je vous laisse découvrir ou redécouvrir le travail de Yann Muller de façon animée dans la vidéo ci-dessous.



Indicibilis pousse la porte de l’appArt’ement pour deux expositions

Le vendredi 11 décembre 2010 a eu lieu, à l’appArt’ement Poquelin Molière, le vernissage de deux expositions photographie et peinture. Pour la première fois, l’association Indicibilis a organisé cet événement original puisqu’il s’est déroulé dans un appartement de façon très privée en centre ville de Bordeaux. Pour cette occasion, les invités ont pu découvrir ou redécouvrir les œuvres de Quentin Salinier, photographe et de Marine Berson, artiste peintre. Le lendemain, pour clore cette manifestation culturelle, ils ont également profité d’un concert surprise de reprises folk joué par le chanteur du groupe "silence radio" accompagné par deux de ses amis .


Actuellement en quatrième année de formation en photographie, Quentin Salinier aimerait en faire son métier. Les clichés choisis pour l’exposition ont été pris suite à sa rencontre avec un vieux lot et garonnais. Fasciné par ce personnage habitant dans son village d’enfance, Quentin a souhaité mieux le connaître avant de nous raconter son histoire à travers des photographies. Il a ainsi capté le quotidien monotone et hors du temps de cet être solitaire.

Conscient de la difficulté que représente le fait de se livrer à l’objectif et de parler de soi pour une telle personne, vivant en quasi autarcie, l’artiste ne lui a demandé qu’une seule matinée pour nous faire vivre cette rencontre.


A travers chaque tirage, il nous immisce dans la vie de cet homme reclus chez qui le temps
semble s’être arrêté suite à la mort de ses parents. On le voit par exemple marcher seul avec ses sabots au milieu des champs. L’unique verre propre ou la seule cuillère très usée affirment cette solitude.


Quentin réalise également des reportages photos pour la presse et en tant qu’adhérent d’Indicibilis, il n’hésite pas à immortaliser la plupart des concerts organisés par l’association.

Au-delà du lieu de l’exposition, l’originalité de cette soirée se trouvait au niveau du mélange de la photographie et de la peinture. En effet, Marine Berson, âgée de seulement 19 ans et passionnée de peinture y exposait pour la première fois ses toiles. Le maniement des couleurs dans ses œuvres contemporaines contrastait avec les photographies en noir et blanc de Quentin. Cette jeune étudiante en médecine et peintre autodidacte s’exprime en toute liberté.



La toile ci-contre en témoigne par le fait qu’elle a été peinte à la gouache les yeux fermés et avec les mains plutôt qu’en utilisant des pinceaux.




Mais la technique qu’elle préfère est la peinture à l’huile. Elle l’utilise alors pour réaliser des toiles plutôt figuratives comme par exemple la première pour laquelle l’insp
iration est venue suite à la lecture du poème « le bateau ivre » d’Arthur Rimbaud.






Mais elle n’hésite pas à représenter une idée de manière plus naturaliste comme le démontre ci-dessous le tableau appelé « la bohème ».




Cependant, Marine aime l’art et sa curiosité l’amène à produire d’autres effets artistiques. Par exemple, dans le tableau ci-dessous, où elle représente la vivacité et l'expression de la joie, du plaisir et de la surprise, elle a mélangé la peinture à l’huile à la peinture acrylique et au collage du papier de soie.





Les toiles de cette jeune peintre ont du succès et de futurs clients se sont déjà manifestés. Dotée de plusieurs cordes à son arc, Marine a également réalisé un dessin pour le flyer du groupe SUMSIC.

Après avoir permis à de nombreux musiciens de s’exprimer sur scène, Indicibilis montre aussi qu’il promeut des artistes d’autres disciplines !

Les couleurs : des fondements à l'image numérique

Pour parler des couleurs dans l'image numérique, nous ne pouvons pas ignorer la théorie de base qui part de seulement trois couleurs primaires : jaune primaire, bleu primaire (cyan) et rouge primaire (magenta).

Tout au long de ce tutorial, nous schématiserons la constitution d'une roue chromatique.

Pour cela, nous partirons des couleurs de base (schéma 1).

En mélangeant, en quantités égales, deux de ces couleurs primaires, nous obtenons des couleurs supplémentaires :

- Cyan + Magenta = Violet
- Cyan + Jaune = Vert
- Magenta + Jaune = Orange

Le violet, le vert et l'orange sont donc les couleurs secondaires (schéma 2).

Enfin, en mélangeant, en quantités égales, une couleur primaire avec une couleur secondaire, nous obtenons des couleurs tertiaires. Il y en a six au total comme vous pouvez le constater sur notre roue chromatique terminée (schéma 3).


Le contraste chaud / froid oppose les couleurs qui font référence à une ambiance plutôt ombragée (bleu - vert) à celles qui rappellent un paysage ensoleillé (rouge orangé). Il suffit de couper le cercle chromatique en deux pour observer cette opposition sur les couleurs tertiaires :

La valeur d'une couleur indique si celle-ci est plus ou moins claire ou foncée. On cherche alors à opposer le clair à l'obscur en jouant sur la valeur expressive du gris. Le contraste de valeur maximum se situe entre le noir et le blanc.

Pour la réalisation du portrait ci-dessous, où j'avais pour contrainte l'utilisation des trois couleurs primaires seulement, j'ai essayé de trouver la bonne valeur de chaque couleur afin d'obtenir les contrastes souhaitées lors du passage en noir et blanc.


Les couleurs complémentaires sont le produit de deux couleurs primaires (donc une secondaire) et de la troisième couleur primaire :

- l'orange est le complémentaire du bleu





- le vert est le complémentaire du rouge





- le violet est le complémentaire du jaune





Ceci est, bien sûr, valable également pour les couleurs tertiaires. Il suffit de prendre l'opposé en diagonale de chaque couleur sur la roue chromatique.

La complémentaire de chaque couleur la rend plus brillante. Elles sont assorties et plus harmonieuses car les 3 couleurs primaires sont ainsi représentées.


Pour créer une image numérique, nous distinguons deux standards colorimétriques.

Le RVB (Rouge, Vert et Bleu) de l'anglais RGB (Red, Green, Blue) est celui utilisé pour un affichage sur écran (par exemple, les images sur Internet). En combinant ces trois couleurs, nous obtenons une lumière blanche d'où son utilisation pour le virtuel.

Ainsi, dans un logiciel de graphisme, vous avez la possibilité de choisir le mode de couleur de votre création. Sous Photoshop, il faut alors passer par Image / Mode / Couleurs RVB.


Pour le choix de votre image numérique, vous pouvez, si vous connaissez exactement le code de votre couleur, renseigner le pourcentage de chacune des trois couleurs RVB qui la compose.


Le 0 correspond au noir. Alors, faîtes le test comme moi (voir ci-dessous) et choisissez 0 comme pourcentage de R, de V et de B.


Le CMJN (Cyan, Magenta, Jaune et Noir) de l'anglais CMYK (Cyan, Magenta, Yellow, Black) est le code couleur qu'on utilise dans le monde de l'impression. Le K de CMYK a été choisi pour Black afin d'éviter la confusion avec le bleu (Blue). Contrairement au RVB, elles absorbent la lumière sur une feuille blanche. En mélangeant les trois couleurs primaires (Cyan, Magenta et Jaune), on obtient du noir.

Dans un logiciel de graphisme, il faut, bien entendu, choisir le mode CMJN. Les pourcentages de couleur seront à renseigner pour les lettres C, M, J et N. Afin d'obtenir la couleur exacte au moment de l'impression, il faut se fier à un nuancier pantone.


Le contraste simultané oppose une couleur au gris ou une couleur et la voisine de sa complémentaire. Cet effet crée une difficulté à l'œil qui cherche la complémentaire manquante.


Le contraste qualitatif oppose les couleurs saturées et lumineuses à celles qui sont éteintes et ternes.

Dans un logiciel de graphisme, l'histogramme permet de voir la répartition des pixels de l'image en fonction de leur luminosité.

Par exemple, sous photoshop, vous avez la possibilité de le modifier en passant par Images / Réglages / Niveaux.


Enfin, le contraste quantitatif est l'importance donnée à une couleur en fonction de la grandeur de sa surface utilisée.

Stéphanie Pouchard, du réel à l’abstrait

En septembre dernier, a eu lieu, au forum des arts et de la culture de Talence (33400), l’exposition " l’entre-deux " de Stéphanie Pouchard, artiste peintre. Fascinée par la dualité exprimée à travers ses œuvres, je l’ai rencontré afin de mieux comprendre cette démarche artistique.

Stéphanie Pouchard dessine et peint depuis toute petite. Dans un premier temps, elle apprend quelques techniques toute seule en recherchant la ressemblance à ses modèles. " J’avais une dizaine d’années lorsque j’essayais, en vacances chez mes grands-parents, de dessiner mon grand-père " précisa-t-elle.


C’est à la fin de la classe de troisième qu’elle décide de prendre plus au sérieux sa passion pour les beaux-arts. Elle intègre alors le lycée Magendie de Bordeaux qui propose des sections artistiques. Son professeur Jacques Abeille, peintre autodidacte et écrivain, lui enseigne la peinture sous un aspect plutôt surréaliste : " du fait de ses études supérieures en psychologie et en philosophie, nos cours d’arts plastiques se terminaient parfois par un débat philosophique " s’amuse-t-elle. C’est d’ailleurs lui qui l’encouragea à poursuivre des études artistiques à la faculté.

Titulaire d’un baccalauréat littéraire option arts plastiques, elle opte pour un cursus en arts plastiques à l’université Michel de Montaigne à Bordeaux 3.

Suite à sa maîtrise très généraliste, Stéphanie prend rapidement conscience de son manque en notions artistiques de base. En effet, en tant qu’étudiante, elle devait plutôt faire preuve d’imagination et de créativité.

Son premier travail en tant que professeur d’arts plastiques à l’école bordelaise d’esthétique "Françoise Buniol ", l’oblige à revoir certains fondamentaux du dessin, tels que les proportions du visage. Elle apprend ainsi à les transmettre de façon claire et simple à ses élèves. En effet, le dessin n’était pas leur discipline principale, mais un moyen de répondre à d’autres attentes, comme la réalisation préalable du maquillage.

Les premières œuvres de Stéphanie, réalisées à la faculté, compose la série " Monstres ". C’est pour elle un terrain d’expérimentation du format, du geste, des couleurs, …



Aujourd’hui, elle s’intéresse surtout aux visages et aux corps. Initiée à la dualité par Jacques Abeille (à travers, par exemple le thème écriture / peinture), sa démarche personnelle, exprimée dans sa série " l’entre-deux ", rappelle sans cesse la confrontation de la figuration et de l’abstraction, du brut et du raffiné, du fini et du non fini et enfin du clair et de l’obscur. Elle peint essentiellement sur de grands formats pour éveiller la curiosité du public en opposant ces notions.


Ces contrastes lui permettent de naviguer entre réel et abstrait. Tout en reproduisant une photo, elle n’hésite pas à laisser libre court à sa créativité en alternant la matière (sable, feuille argentée, …) et le pinceau (acrylique, crayon, ...).


Aujourd’hui, Stéphanie propose également des ateliers d’arts plastiques à Talence (33400) :

A l’atelier des enfants, place Peydavant :

- le mercredi de 9h30 à 11h30 et de 14h à 16h (enfants de 9 à 11 ans)

Au forum des arts et de la culture, esplanade Alcala de Henares :

- le mercredi de 17h à 19h (adolescents de 12 à 14 ans)
- le vendredi de 17h30 à 20h30 (adolescents de 15 à 18 ans)
- le vendredi de 10h à 13h (initiation adultes)

Avis aux dessinateurs : avez-vous pensé à coloriser vos dessins sous photoshop ?

Vous aimez dessiner ? Vous êtes passionné d'infographie ?

Peur ceux qui n'ont pas encore essayé la méthode du coloriage sous photoshop, voici un tutorial dans lequel je vais vous expliquer les différentes étapes pour obtenir de manière simple et ludique un résultat proche d'une image coloriée avec des techniques classiques (crayons, peinture, ...).


Tout d'abord, scannez votre dessin et ouvrez-le sous photoshop.



Créez un nouveau calque. Avec l'outil pinceau, repassez sur votre dessin tout en veillant à être sur ce nouveau calque.



Masquez le calque avec votre dessin original. Créer un nouveau calque blanc avec l'outil pot de peinture. Respectez l'ordre des calques comme ci-dessus.


On veut maintenant obtenir une nouvelle image avec le fond blanc et le dessin refait avec l'outil pinceau. Pour cela, il faut aplatir l'image en passant par le menu "Calque / Aplatir l'image".



Répondez ok pour supprimer les calques masqués.



Vous obtenez alors un seul calque.


Double-cliquez sur le calque et nommez celui-ci "dessin" par exemple.


Le nom du calque est donc désormais "dessin".


Cliquez sur la flèche à côté de "Normal" et choisissez "Produit".



"Normal" se transforme donc en "Produit".


Créez un calque différent pour chaque partie à colorier. Nommez-les de façon claire pour bien vous repérer.



Pour colorier, il suffit de vous positionner sur le calque de la partie à colorier, de choisir la couleur souhaitée et de peindre, par exemple avec l'outil pinceau.


Faîtes la même chose pour les autres parties (calques).

Vous pouvez également faire apparaître les ombres en sélectionnant certaines parties avec l'outil lasso. Puis, il suffit de passer par le menu "Edition / Remplir", en choisissant une couleur légèrement plus foncée ou plus claire.


Pour obtenir un effet plus naturel, réglez les niveaux.

Voici le résultat.


Maintenant, à vous de jouer !