Donnez votre avis !

Cliquez sur le titre de cet article pour rajouter vos commentaires en bas de la page.

David Vuillet : graphiste par accident !

Devenu graphiste en 2009, à l'âge de 43 ans, David Vuillet a un parcours atypique. D'abord ferronnier, menuisier, soudeur et travailleur indépendant dans le transport, il s'est reconverti dans ce métier par nécessité. Mais très vite, il a compris qu'il s'agissait d'une réelle passion où il pouvait exprimer son talent et sa créativité.


C'est suite à un accident de travail en 2007 que David Vuillet a décidé de devenir graphiste. En effet, ne pouvant plus exercer de métier manuel, l'infographie lui a permis non seulement de prendre un nouveau départ mais aussi de révéler un talent caché. C'est tout naturellement que David s'est tourné vers l'infographie lors de ses difficultés professionnelles. Il avait commencé, en 2006, à s'intéresser à la création graphique par le biais d'un jeu online de management d'une équipe de football. Plus attiré par le côté stratégique que le sport en lui-même, ce jeu offrait également la possibilité de créer le logo de son équipe. Il acheta alors le logiciel "Paint Shop Pro" et réalisa ainsi sa première création. Il enchaina sur la réalisation d'autres symboles de reconnaissance visuelle pour les clubs virtuels de ses amis. C'est par curiosité mais aussi sur les conseils de ses rencontres online et IRL1 qu'il passa sous "Photoshop". Il commença alors à être réellement passionné par la création graphique en tout genre (photo manipulation, vecto, digital painting, 3D, etc.)".

Très rapidement, il décida de valider ses acquis et c'est en 2007 qu'il intégra l'ESMI (Ecole Supérieure des Métiers de l'Image) à Bordeaux. D'abord autodidacte, ses compétences et sa persévérance lui permirent de sortir major de sa promotion. "Suite à mon accident, j'ai mis les bouchées doubles pour me former jours et nuits devant mon PC, cette formation m'a beaucoup appris, notamment sur les logiciels de PAO2" précise David.

Freelance depuis novembre 2010, son travail consiste à véhiculer la meilleure communication visuelle, ciblée et adaptée aux besoins de ses clients. Il propose trois types de prestations :

- Graphisme print (charte graphique, logotype, carte de visite, carton d'invitation, affiche, brochure, catalogue, dépliant, digipack, flyers, jaquette DVD, plaquette entreprise, menu restaurant, magazine, etc.)

- Photo graphisme (retouche photo beauté, création originale sur photo et affiche publicitaire)

- Web design (charte graphique et maquette web).


David a déjà réalisé la conception graphique d'un digipack avec un livret de 12 pages ainsi que les retouches photo pour le groupe bordelais pop rock, AleyNa. Ce travail passionnant lui permet de collaborer non seulement avec les artistes mais également avec un photographe professionnel en studio.

De plus, graphiste bénévole pour l'association d'art et de culture Indicibilis, il réalise sur demande des affiches, des flyers et des logos.



Également investi bénévolement avec le collectif d'artistes "Puls'art", il vient de leur créer une affiche et un catalogue de présentation. Celui-ci lui donne aussi la possibilité d'exposer, avec les autres artistes adhérents, des créations numériques grands formats d'après des thèmes imposés. "Il ne me reste plus qu'à imaginer et à créer" s'amuse-t-il.

Aujourd'hui, David espère travailler avec des entreprises de toutes tailles. Il aimerait également avoir l'opportunité d'exposer quelques unes de ses créations.

Son désir d'échange et de partage l'amène aussi à réfléchir en parallèle sur deux projets. D'une part, il souhaiterait monter un collectif graphique avec d'autres graphistes de Bordeaux afin de collaborer sur des projets communs. D'autre part, il cherche des artistes (photographes, mannequins, stylistes, coiffeurs(ses), maquilleurs(ses) et graphistes) motivés et compétents avec qui coopérer pour créer des books de qualité ou des posters afin d'exposer dans des lieux d'exception. Par ces biais, il compte promouvoir ces métiers artistiques dans la région bordelaise.



1IRL : "in real life" en anglais qui signifie "dans la vraie vie"
2PAO : publication assistée par ordinateur

Dripping avec Yann Muller

Au forum des arts et de la culture de Talence, du 15 au 28 janvier 2011, Yann Muller exposera ses œuvres de la série d'estampes sérigraphies 2010 pop art "100%M". Cet événement sera unique car certaines toiles issues de collections privées y seront également présentes.



Le samedi 15, pour l’inauguration, un atelier d’initiation au dripping sera organisé à partir de 15h. Les participants réaliseront leurs propres œuvres à partir de pochoirs et d’après les estampes de Yann Muller. Celles-ci seront dédicacées par l'artiste et leur seront remises à la fin de l'après-midi.

Cet atelier gratuit est ouvert à tous à partir de 8 ans. Afin de gérer l'espace et le temps, une inscription est néanmoins obligatoire pour participer à ce "happening".

Contact
Forum des arts et de la culture de Talence
Tél : 05 57 12 29 00
E-mail : leforum@talence.fr

Takmel, dans l’ombre du quotidien !

Le 12 janvier 2011 aura lieu le vernissage de Takmel à la Muse Café à Bordeaux. L’exposition aura lieu jusqu’au 12 février prochain. J’ai donc rencontré la graphiste, Mélanie Burel Petit alias Takmel, afin de comprendre l’originalité de ses réalisations qui se situe dans un esprit d’ombres et de silhouettes.


Léa Ladjevardi : Pouvez-vous me décrire votre parcours ?

Takmel : Après avoir obtenu mon diplôme national d’arts plastiques (DNAP) option Design / Graphique aux Beaux Arts de Bordeaux, j'ai intégré une école de 3D à Angoulême. Ensuite, j'ai monté, avec deux amies, un collectif d'infographiste ("3asti-co"). Il a été mis en sommeil afin que nous puissions chacune acquérir une réelle expérience professionnelle. C’est ainsi que j’ai été employée en tant qu’infographiste dans une société bordelaise afin de réaliser des plans en 3D pour des architectes. Aujourd’hui, je suis indépendante et je travaille sur deux projets. Le premier, "Takmel", consiste à la création de tableaux graphiques. En parallèle, je monte une société de 2D de graphisme de communication et de 3D d’architecture.

LL : Quel est le thème de vos créations ?

T. : En partant d’une étude sur le quotidien (postures, objets, ...), je crée des tableaux s'apparentant aux tâches de Rorschach*. A travers différents thèmes (le quotidien, le loisir, l'imaginaire, ...), chacun peut s’identifier à ces illustrations qu’elles soient simples ou complexes. Les ombres et les silhouettes sont déclinables à l'infini et complètement personnalisables.



LL : Pouvez-vous m’expliquer d’où vient votre idée ?

T. : Aux Beaux Arts, mon travail portait sur le quotidien. Ainsi est née la série "Scotcher son quotidien".

J’ai alors abouti sur la conception de silhouettes. Après avoir réalisé un questionnaire, j’ai étudié les habitudes des personnes ayant répondu en analysant par exemple l’heure à laquelle elles se lèvent ou encore si elles prennent leur douche avant ou après leur petit déjeuner. Puis, je me suis rendue chez elles afin de photographier leurs postures en fonction de leurs réponses. Une fois la collecte effectuée, j'ai souhaité que les œuvres de cette collection confrontent leur quotidien au lieu de les opposer comme sur mes papiers peints. Aujourd’hui, ma banque de données est très grande et au delà du message qu’elle véhicule, chaque production est devenue un objet de décoration et de réflexion sur l'imaginaire.


LL : Quels outils utilises-tu ?

T. : J'utilise mes photos, ma banque de données, le logiciel illustrator et mon imagination !


LL : As-tu d’autres projets ?

T. : Mon principal objectif est de finir de monter ma société afin de répondre au mieux à la demande de mes clients. En ce qui concerne le projet "Takmel", j’oriente mes créations vers des tableaux de plus en plus personnalisés telles que les femmes enceintes. C’est ce qui plait le plus à en juger par le nombre de commandes …








*Le test de Rorschach ou psychodiagnostic est un outil clinique de l'évaluation psychologique de type projectif élaboré par le psychiatre et psychanalyste Hermann Rorschach en 1921. Il consiste en une série de planches de tâches symétriques et qui sont proposées à la libre interprétation de la personne évaluée. Une fois analysées en profondeur, les réponses fournies serviront à évaluer les traits, les lignes de force qui organisent la personnalité du sujet. (source : wikipédia)