Donnez votre avis !

Cliquez sur le titre de cet article pour rajouter vos commentaires en bas de la page.

Créez vos pochoirs !

La technique du pochoir consiste à imprimer une image en monochrome ou à dessiner directement sur un support plutôt rigide afin de pouvoir le réutiliser. Dans ce deuxième cas, vous pouvez par exemple vous servir de vos archives médicales !

Les ombres sont alors représentées en une seule couleur. Si ce n’est pas le cas, je vous conseille de transformer une photo en image monochrome sous Photoshop de la façon suivante :



Ouvrez votre photo sous Photoshop.
 
  
Détourez la partie souhaitée (ici, le visage) à l’aide de l’outil plume.
 

Clic droit – définir une séléction – Rayon : 2 pixels – Entrée.
Cliquer sur l’outil sélection – clic droit
sur l’image – Intervertir Supprimer Entrée.
 

 Image - Réglages - Désaturation.


Image - Réglages - Luminosité/Contraste (à régler en fonction de l’aperçu).


 Filtre – Bruit – Ajout de bruit – Quantité : 1,5% - Répartition Gaussienne.


  Image – Réglages – Seuil (à régler en fonction de l’aperçu).


Retravaillez l’image avec le pinceau et la gomme 
afin d’obtenir un monochrome uniforme.
Evitez les parties blanches incluses au risque 
de voir votre pochoir difficile à positionner.

 Dans le cas d’une impression, je vous conseille de coller votre feuille sur un papier épais avant de commencer la découpe. Pour cela, j’utilise de la colle repositionnable en bombe afin de pouvoir décoller la feuille d’impression.



 
Une fois cette étape effectuée, munissez-vous 
d’une plaque de coupe et d’un couteau de précision ou d’un cutter graphique.

Découpez les parties colorées.



Ensuite, il ne vous reste plus que la mise en couleur de celles-ci 
qui sont désormais vides. Pour cela, plusieurs possibilités s’offrent à vous. 
La technique, dont la mise en œuvre et le séchage seront 
les plus rapides, est l’aérosol, fréquemment utilisée dans l’art urbain.
Notez qu’elle est nocive pour l’environnement et pour l’utilisateur, 
d’où la nécessité du port d’un masque de protection. 
D’autres procédés moins précis mais produisant également 
des effets très artistiques sont possibles (brosse à dents, éponge, 
pinceau, pigments soufflés, stylo, crayon, rouleau, …).


Pour mon exemple, j’ai choisi l’encre aquarelle. Voici le résultat !




Jofo : 0 + 0 = un artiste plein de talent

Jofo, diplômé d’architecture, possède plusieurs cartes artistiques. Ce dessinateur, peintre, illustrateur, graphiste, vidéaste mais également musicien est le créateur du personnage Toto, particulièrement réputé dans la région bordelaise.






Jofo, de son vrai nom Jean-François Duplantier, originaire de Dax, arrive à Bordeaux en 1991. Son diplôme d’architecture en poche, il préfère se lancer plutôt dans la peinture. Influencé par les dessins d’enfants, Jofo s’inspire de l’un des siens (exécuté à l’âge de 5 ans) représentant un père noël avec des jambes en forme de tronçonneuses et crée le personnage Toto en 1990.




Sur toiles, papiers et bien d’autres supports (murs, panneaux, vitrines, …), Toto a connu une forte évolution en un peu plus de 20 ans. Malgré l’utilisation de la couleur et du dessin plutôt enfantin, le personnage est faussement naïf. En effet, il ne sourit jamais et a même souvent l’air triste. De plus, l’artiste se réfère régulièrement à des thématiques graves comme par exemple la guerre.


Le personnage de Toto a très vite interpellé les agences de communication pour lesquels Jofo a créé des illustrations adaptées aux demandes des clients. Avec l’évolution de l’informatique et des logiciels de PAO (Publication Assistée par Ordinateur) en particulier Illustrator, l’artiste a désormais la possibilité de réaliser lui-même ses mises en page pour la création des affiches.






Son succès l’a amené à répondre à des commandes importantes en terme de taille et de médiatisation. Il a réalisé par exemple le décor des vitrines de la Maison du Vélo à Bordeaux en 2004 ou encore le cylindre à Totos au forum des halles à Paris en 1996. Cette dernière œuvre de 200 m² se trouvant dans la capitale est aujourd’hui menacée de destruction pour un chantier censé être livré en 2016. Bien évidemment, cette nouvelle inquiète Jofo qui tient particulièrement à son œuvre la plus monumentale ainsi que tous ses fans. Pour le soutenir, ils sont déjà 150 à avoir adhéré au groupe facebook "Pour sauver le Cylindre à Jofo".


A l’occasion de la Cow parade de Bordeaux en 2010, Jofo a même décoré deux des 58 vaches : Marine pour le FC Girondins de Bordeaux et Gabrielle, pour le C.C.I. de Bordeaux. En août 2010, Marine, victime de son succès, a été volé mais fort heureusement, celle-ci a depuis été rendu à son propriétaire.



Les talents de Jofo ne s’arrêtent pas au monde pictural, il est également chanteur dans le groupe de Rock "The Snoc" reformé le 21 janvier 2005. Initialement créé en 1986 sous le nom "les cons", le projet a bien évolué et a donné naissance en 2007 au premier album "Chasse spleen" et au second "Belle errance" en 2010.







Retrouvez plus de 800 reproductions de toiles, de dessins et de photos tirées des vidéos de l’artiste ou de son album intime (voyages, concerts, internet...) dans le livre JOFO 96/06. L’ouvrage, conçu par l’artiste lui-même est accompagné d’un DVD où une série de 20 clips-vidéos des chansons de "The Snoc" vous est proposée.