Donnez votre avis !

Cliquez sur le titre de cet article pour rajouter vos commentaires en bas de la page.

L’art et la convivialité à l’appartement Poquelin Molière

L’art, la musique et la convivialité … Voici une recette que l’appartement Poquelin Molière maitrise parfaitement depuis quelques mois. Ce lieu unique regroupant plusieurs styles artistiques, a connu encore plus de succès durant les soirées des 15 et 16 avril 2011. "Il faut que l’on s’habitue à voir de plus en plus de monde" nous confie Juliette Valente, l’organisatrice à l’initiative de ce projet avec Stéphane Milas, chanteur du groupe Didascalie.

Toujours dans un esprit simple et chaleureux, l’appartement Poquelin Molière a de nouveau permis aux spectateurs de passer deux bonnes soirées et de découvrir des œuvres tout en étant proche des artistes. Le principe est d’investir deux pièces de l’appartement prêtées le temps d’un week-end. Chacun vient avec une bouteille ou de quoi manger pour partager ce moment de convivialité. 

 
Crédit photo : Vanessa Wullhien
Vanessa Wullhien (gravure / peinture) a exposé trois de ses derniers dessins sur toiles de grand format, ainsi que deux gravures et une capillarité. L’artiste qui s’interroge sur le chaos, cherche le point de rupture et d’équilibre entre ordre et désordre, forme et informe, plane et profond. Pour exprimer sa démarche, elle utilise la pierre noire et la poudre de graphite. Vanessa ne cesse d’expérimenter et envisage déjà de faire évoluer sa technique en rajoutant par exemple une tâche de couleur au beau milieu de ses traits noirs.


Crédit photo : Paul Boutet


Les œuvres de Paul Boutet, artiste peintre, contrastaient avec le travail de Vanessa par leur richesse en couleurs, et leurs nombreuses illustrations. Paul définit ses peintures de naïves, nucléaires et psychédéliques.


 


Crédit photo : Lisah Herbreteau
Quant à Lisah Herbreteau, photographe, elle nous a fait découvrir ses clichés où elle ne cesse de mettre en scène l’humain. Cette jeune artiste qui a commencé par des autoportraits s’est également très vite lancé dans la photographie de paysages et surtout de concerts. De son propre aveu, ce dernier exercice est celui qui lui procure le plus de plaisir. C’est d’ailleurs par le biais des événements musicaux qu’elle se fait connaitre en publiant ses photographies sur le réseau social facebook. En décembre 2010, elle remporte même le 1er prix catégorie concert du concours Sony Ericsson. 


Crédit photo : Léa Ladjevardi
Lisah a, par ailleurs, photographié le groupe The Jack, présent à l’appartement lors de ces deux soirées. Les musiciens n’ont d’ailleurs pas hésité à faire vivre à leur public plus d’une heure de concert acoustique. Leur prestation dans ce cadre inhabituel était des plus réussies. Rejoint par Janfilipe des LuxBerline, ils ont partagé avec l’auditoire leur répertoire, enrichi pour l’occasion de percussions ethniques (djembé et bongos).

Transfert, trois collectifs de graffeurs dans un lieu atypique

 
Les Vivres de l’art, association bordelaise artistique transdisciplinaire créée par Jean-François Buisson, artiste sculpteur, permet de nombreuses expositions dans la capitale girondine. Du 7 au 10 avril 2011, il a ouvert les portes de son atelier à trois collectifs de graffeurs : Peinture fraîche, Les frères coulures et Club Mickey.


L’événement Transfert dans ce lieu propice à l’expérimentation vous mettait rapidement dans l’ambiance décalé de l’art urbain. Les artistes n’ont pas fait les choses à moitié. Tout y était avant même que vous franchissiez les portes de ce lieu magique. Des murs du jardin aux divers objets hors du commun (bombes aérosols géantes, …), l’extérieur était décoré avec autant de précision que l’intérieur afin de transmettre au spectateur un fil conducteur pour le guider tout au long de sa visite.


Crédits photos : Léa Ladjevardi
Les graffeurs de Peinture fraîche ont fait à nouveau preuve de génie en maniant la couleur et l’abstrait. Trakt a même rajouté des objets rappelant une continuité à ses toiles et quant à Kendo, c’est à travers des couleurs lumineuses qu’il a choisi de nous faire rêver.

Crédits photos : Nathalie Kaïd
Crédit photo : Nathalie Kaïd
Les frères coulures, fidèles à leur nom, ont partagé leur technique en maitrisant la coulure de la peinture comme il se doit autour d’une ambiance plutôt sombre mais très proche du réel. 


Crédit photo : Nathalie Kaïd


Jean Rooble n’a pas hésité à amuser le visiteur en mélangeant les différents supports dans l’objectif de raconter une histoire comme par exemple en liant une toile au plafond exposant un homme qui cache son œil à une boule au sol représentant un globe oculaire. 


Crédit photo : Nathalie Kaïd
Quant à Club Mickey, il a apporté une touche plus légère en peignant les idoles de notre enfance.

Crédit photo : Nathalie Kaïd