Donnez votre avis !

Cliquez sur le titre de cet article pour rajouter vos commentaires en bas de la page.

Impression d'une illustration sur un badge d'après Mathilde illustrations



Il y a quelques semaines, je vous ai présenté, Mathilde (http://lealadjevardi.blogspot.fr/2012/07/la-petite-mathilde-lenfant-des-arts.html).

Voici les conseils pro de cette jeune graphiste pour créer un badge de haute qualité à partir d'une illustration.

Préparation de l'illustration
Je travaille avec un nuancier Pantone pour chacune de mes illustrations. Chaque couleur est donc une référence codée, ce qu'on appelle en imprimerie un ton direct. Suivant le calibrage des couleurs, celles-ci peuvent varier d'un ordinateur à un autre. C'est pourquoi, je me fie à ces références.


Des règles importantes à respecter !

Une fois l'illustration réalisée, je l'ouvre sous Photoshop en CMJN et en 300 DPI.

CMJN : un procédé d'imprimerie permettant de reproduire un large spectre colorimétrique à partir de 3 teintes de base (cyan, magenta et jaune) auxquels on y ajoute le noir. On parle donc ici de quadrichromie.

300 DPI (300 pixels par pouce) permet d'avoir une image de très bonne qualité pour une impression .
Le gabarit
J'insère l'image dans un fichier gabarit de découpe pour badges spécialement défini pour un diamètre de 45 mms.


 
Le gabarit s'organise en 3 parties :

1 - la face du badge (le petit cercle intérieur). Je vérifie donc que la partie importante de mon illustration s'insère correctement dans ce cercle.

2 - le côté du badge.

3 - le fond perdu (le cercle extérieur) qui disparaît lors du pressage du badge.

Une fois que l'illustration est adaptée au gabarit, le fichier est prêt à être envoyé à l'imprimeur.

Quand je reçois le produit fini, les couleurs sont exactement celles que j'ai définies au départ.


Très important, ne jamais envoyer en RVB !

Le RVB (rouge, vert et bleu) et le CMJN sont deux standards colorimétriques utilisés lors de créations graphiques.

Le RVB est utilisé pour l'écran (screen) et pour des créations graphiques destinées au web.

Le CMJN est utilisé pour les impressions (print).
 


J'utilise le même processus de création pour les miroirs de poche !


Mathilde illustrations





Minhochka, des femmes et des couleurs


La femme en noir et blanc

Passionnée par le dessin depuis son enfance, Minhochka dessinait, gribouillait dès que l'occasion se présentait. Toujours au crayon à papier, sans jamais y mettre de couleur, ce sont les visages féminins qui l'attiraient. La femme, qui est toujours son sujet préféré lui offre de multiples possibilités dans ses expressions, ses allures et ses mouvements. Elle représente pour elle la beauté, la vie et la sensualité.


Avec l'évolution de la technologie, cette artiste autodidacte découvrit la tablette graphique qu'elle adopta très rapidement pour ses réalisations artistiques mais toujours en noir et blanc.



La découverte de la peinture et de la couleur

C'est seulement en février dernier qu'elle commença à peindre et à intégrer la couleur dans ses œuvres. Poussée et encouragée par des amies et des proches à exposer, elle se procura le matériel nécessaire afin de réaliser son premier tableau, plus adapté aux expositions qu'une simple feuille Canson. Ce fut alors une réelle découverte qu'elle commence à maîtriser de plus en plus.


Le perfectionnement au centre de ses projets
Même si aujourd'hui elle se limite à la peinture acrylique, Minhochka compte bien à terme s'améliorer et s'orienter vers de nouvelles techniques. Elle les découvre peu à peu mais n'ose pas encore les expérimenter.



Actuellement, une commerçante de sa ville expose ses toiles dans son salon de coiffure. C'est pour elle un bon début et n'est pas encore prête à présenter ses œuvres ailleurs. Son unique projet pour le moment est de pouvoir se perfectionner et explorer des matières et des styles différents.



La peinture sur porcelaine à l'atelier des couleurs

 
Nathalie a découvert la peinture sur porcelaine lors d'un long séjour en Nouvelle Calédonie. Cette période est toujours source d'inspiration avec des idées ethniques bien présentes. Lors d'une exposition, elle a rencontré une artiste qui a bien voulu la former à cette technique. Cela fait environ huit ans que Nathalie peint sur porcelaine.




Elle aime peindre les choses délicates et raffinées, par exemple les fleurs ou tout ce qui demande de l'attention, de la minutie, beaucoup de concentration et surtout un "petit" coup de pinceau.

Nathalie utilise la technique classique parce que c'est celle qui lui correspond le mieux tant pour la manière de peindre que pour le rendu au niveau de la porcelaine cuite.




Elle a déjà eu l'occasion d'exposer une fois. Cette expérience mêlant stress et excitation lui a permis de s'ouvrir aux autres en faisant connaître à des inconnus ses créations. Leurs compliments, plus objectifs pour elle que ceux de ses proches, l'ont motivé à poursuivre dans cette voie.

Aujourd'hui, son rêve serait d'ouvrir un atelier-boutique afin de commercialiser en direct ses créations.

En attendant, depuis environ un an, elle a ouvert sa boutique en ligne "L'atelier des couleurs" sur le site de "A Little Market" :

Vous pouvez également la contacter pour des commandes sur mesure !


Nathalie va nous décrire les différentes étapes pour la réalisation d'une peinture sur un plat en porcelaine.

La peinture se présente sous forme de poudre qu'il faut préparer avec du medium et travailler à la spatule sur un carreau de carrelage, puis de l'essence de lavande pour l'empêcher de sécher.

Dessin avec un crayon spécial
pour porcelaine qui s'efface à la cuisson.

"Le serti" qui sert à repasser les contours
du dessin est réalisé à la plume.
La peinture doit être parfaitement fluide.



Remplissage des premières couleurs, d'abord à la plume.




La couleur et les ombres sont appliquées
avec une petite éponge, une par couleur.
Cette technique s'appelle le putoisage.

Une fois la peinture terminée, il est nécessaire d'effectuer une première cuisson à environ 850°. Suivant le modèle, il est parfois indispensable de réaliser jusqu'à quatre cuissons.


Pour suivre l'actualité de Nathalie à l'atelier des couleurs, rendez-vous sur son blog :


 

Fanny Blanchet, des œuvres invitant au voyage

Inspirée par les personnages de Disney
 
La passion de Fanny pour le dessin et la peinture remonte, comme pour beaucoup d'autres artistes, à l'enfance. C'est donc tout naturellement qu'elle redessine les personnages de Disney. "J'en ai usé des feuilles pour la petite sirène ou le Roi Lion", avoue-t-elle. Complètement autodidacte, elle a appris toute seule en dessinant des portraits au fusain et en observant les œuvres d'autres dessinateurs. Son diplôme en histoire médiévale ne lui offrant pas de réels débouchés, elle décida de faire de l'art son métier. Cela fait deux ans et demi qu'elle s'est lancée dans cette nouvelle aventure !


Les femmes pour voyager à travers le monde et les époques

Aujourd'hui, ce sont les femmes qui l'inspirent. En peignant ces personnages des temps anciens, de différentes culture, etc. Fanny a l'impression de voyager. "Un jour je suis dans le Grand Nord avec une Inuit, le lendemain au Japon avec une geisha, et un autre jour avec Marie-Antoinette !" s'amuse-t-elle.


Des techniques variées
 

Cette jeune artiste de 29 ans n'a pas de technique favorite. Elle en utilise plusieurs en fonction de son humeur et de son inspiration. Mais traditionnellement c'est au crayon noir qu'elle aime dessiner. Lorsqu'elle peint, elle choisit surtout l'aquarelle et l'acrylique qu’elle utilise sur papier ou sur toile (souvent marouflée de papier kraft). Mais pour certaines pièces, elle peut également être amenée à travailler sur ordinateur avec le logiciel Photoshop.



D'expo en expo pour se faire connaitre

La première exposition de Fanny a eu lieu lorsqu'elle avait seulement 16 ans. Elle s'est déroulée près de chez elle à Solesmes, une petite ville du Nord où elle habite toujours. Elle continue à exposer régulièrement aux salons de peintures qui y sont organisés tous les deux ans.

Elle a également participé à d'autres expositions collectives locales comme à Caudry, Escaudoeuvres, Raillencourt, … D'ailleurs, elle sera présente au 36ème Salon des Arts de Caudry (entrée libre au public), du 22 au 30 septembre 2012. Cet événement est organisé par l'Office Municipal de la Culture de Caudry. 



Aujourd'hui, elle aimerait continuer à faire connaitre son art notamment en exposant seule. Elle souhaiterait aussi trouver une maison d'édition pour imprimer ses œuvres sur cartes postales ou autres articles de papeterie (carnet, agendas, cahier, ...). Elle affectionne tout particulièrement ces petits objets qui nous accompagnent quotidiennement !

En attendant que ce beau projet aboutisse, retrouvez les créations de Fanny Blanchet sur le site de "A Little Market" et sur son blog :








L'uni-verre artistique de Stella


Stella, artiste peintre, est persuadée que ses talents artistiques, le dessin et la peinture, sont innés. Aujourd'hui, elle a diversifié ses activités et a ouvert son atelier de vitrail.  Elle ne cesse d'évoluer tant dans ses créations que dans son enrichissement personnel à travers les autres.


J'ai rencontré Stella qui a bien voulu répondre à mes questions concernant son parcours artistique et ses projets.



Stella, peux-tu nous raconter comment est née ta passion pour le dessin et la peinture et comment s'est déroulé ton apprentissage ?
 

Je ne suis pas sûre qu'on apprenne à peindre ou à dessiner sans détenir les bases. Mais je suis convaincue qu'on naît avec des facilités, peut-être même avec un gène spécial, qui sait ?!!!

Depuis mon enfance, je n'ai d'attrait que pour les ateliers de travaux manuels. J'ai gribouillé, "peinturluré" toute mon enfance ! J'ai voulu passer un bac F12 (arts appliqués) mais à cause de mon faible niveau en mathématiques, je me suis dirigée vers une section littéraire plus généraliste avec option Art.

Mon rêve le plus cher était d'intégrer Les Gobelins à Paris pour apprendre les métiers du dessin animé qui me passionnaient. La concurrence, le très haut niveau exigé en dessin et une conseillère d'orientation qui s'était vantée à tort de pouvoir m'informer sur le sujet m’ont découragée.

J'ai ensuite réfléchi à divers projets d'études artistiques tels que "conservateur / restaurateur d'œuvres d'art", "infographiste", "maquettiste", "photographe", "vitrailliste"... J'ai passé plusieurs concours et je suis finalement entrée aux Beaux-arts d'Annecy en octobre 1998. Durant cette période de construction artistique personnelle, je me suis longtemps cherchée. Mes nerfs ont été mis à rude épreuve et je n'ai plus touché un seul pinceau pendant les trois ans qui suivirent l'obtention de mon diplôme national d'arts plastiques (DNAP) en juin 2001. En 2004, j'ai repris la peinture, et pour de bon ! Depuis, je n'ai plus jamais arrêté parce que j'avais enfin trouvé mon style.

De quoi aimes-tu traiter à travers tes œuvres ?

Je dessine et peins surtout des aliens et des femmes. L'alien m'attire pour son côté extraordinaire, parfois drôle ou inquiétant et la femme pour sa force, ses regards et les courbes intéressantes de son corps. Je suis née en 1980, j'ai donc été très marquée par les dessins animés de ma génération. J'ai un coup de pinceau très influencé par les mangas de mon enfance et j'aime jouer avec les couleurs acidulées. Aujourd'hui, je suis davantage axée sur l'œil, aussi profond qu'il puisse être. Les regards sont ce qui ressort le plus dans mes peintures et je prends du plaisir à les mettre en valeur.



Quelles techniques utilises-tu ?

Je peins à l'acrylique, car je suis une impatiente. Lorsque je démarre une toile, il est très rare que je la laisse en plan pour la reprendre trois jours après. Quand j'ai une idée en tête et que je commence à la coucher sur la toile de coton, souvent il faut que je la termine dans la foulée (même si cela doit durer 8 heures sans décoller de ma chaise pour m'aérer !). L'acrylique est idéale pour moi car elle sèche très vite, contrairement à l'huile qu'il faut parfois mettre de côté quelques semaines avant de la poursuivre tranquillement.

As-tu déjà exposé ?

J'ai participé à plusieurs expositions en 2006 sur Annecy : dans un bar branché de la vieille ville, dans un village d'artistes installé au bord du lac lors du championnat du monde de parapente acrobatique, dans une MJC, une Fac, puis dans une galerie d'art réputée des vieux quartiers. J'aime exposer dans des lieux atypiques ou dans le cadre de collectifs d'artistes. C'est important de s'entourer de gens du milieu et de partager ses expériences. 

Quels sont tes projets artistiques ?

A l'heure actuelle, ils sont clairement en suspens. Je suis une touche-à-tout et mon parcours professionnel m'a donné l'opportunité de me former au métier de Verrier d'Art. 




J'ai monté mon entreprise et ouvert mon atelier de vitrail en Août 2011 à Chambéry. Aujourd'hui, je manque de temps pour reprendre mes pinceaux et cela représente pour moi une réelle frustration ! Mon atelier étant pluriartistique, j'ai encore l'occasion de peindre lorsque des clients me commandent des toiles mais je ne peins plus les sujets qui me sont chers. Je ne désespère pas de réussir à me dégager du temps pour entamer une toile très personnelle qui ornera prochainement mon salon...

Je marque un point d'honneur à développer les partenariats et collaborations. Je trouve que beaucoup trop d'artistes/artisans font bande à part et se privent d'un certain enrichissement personnel. J'ai toujours été curieuse de nature et j'adore flâner sur les expos temporaires et les salons de créateurs pour échanger et partager avec les artistes. 

Ce que j'aime par dessus tout ?

Les créations à 4 mains, c'est-à-dire lorsque deux savoir-faire bien distincts se rencontrent, flashent et collaborent sur un projet unique. Par exemple, j'ai eu un véritable coup de foudre artistique pour Rouge Rose, une créatrice qui donne une seconde vie aux chaises et fauteuils anciens et pour laquelle je peins des portraits qu'elle coud sur les dossiers et qu'elle accorde à la perfection avec ses patines et tissus haute-couture. Je travaille également avec CréaChinées, couturière à la main de grand talent et que je fournis en perles de verres filées au chalumeau pour orner ses bijoux textiles uniques et raffinés...




Retrouvez les boutiques de Stella sur le site de « A Little Market »




Et sur son blog (http://stellart74.canalblog.com), vous pourrez suivre son actualité !


L'Uni'Verre de Stella - Atelier Verrier par Stellart74